Henri d’Artois

Henri d’Artois

Henri d’Artois, dit Henri V, d’abord connu sous le nom de duc de Bordeaux puis ensuite sous le nom de comte de Chambord, né le 29 septembre 1820 à Paris. Henri d’Artois est le fils posthume du duc de Berry, Charles-Ferdinand d’Artois, mort quelques mois auparavant, le petit-neveu de Louis XVI († 1793) et de Louis XVIII, puis également le petit-fils de Charles X (qui abdiqua en sa faveur le 2 août 1830) et le neveu de Louis-Antoine d’Artois, duc d’Angoulême. Henri d’Artois était un Bourbon de la branche direct d’Artois et également le dernier Bourbon direct. Henri d’Artois est aussi appelé « l’enfant du miracle ».

En 1820, le château de Chambord est offert au petit duc de Bordeaux.

En 1828, le roi de France Charles X confie l’éducation du duc de Bordeaux à Ange Maxence de Damas, baron de Damas.

En 1830, Charles X abdique en la faveur d’Henri d’Artois durant la Révolution de Juillet. Alors, le fils ainé de Charles X, Louis-Antoine d’Artois devenu Louis-Antoine de France, devient roi de France non proclamé pendant 20 minutes sous le nom de Louis XIX. 20 minutes plus tard, Louis XIX signe l’acte disant qu’il ne peut régner sur la France. Alors, c’est le petit-fils de Charles X, Henri d’Artois, duc de Bordeaux, qui devient roi de France non proclamé sous le nom d’Henri V pendant cinq jours (2 août 1830 – 7 août 1830). Mais les parisiens préfèrent Louis-Philippe d’Orléans, duc d’Orléans, plutôt que le duc de Bordeaux qui n’a que 9 ans et demi. Finalement, deux jours après l’abdication d’Henri V, le duc d’Orléans devient roi des français sous le nom de Louis-Philippe Ier. Alors, Henri d’Artois, Louis-Antoine et Marie-Thérèse de France, Charles de France (Charles X), Marie-Caroline de Bourbon-Sicile, dite Marie-Caroline des Deux-Siciles (duchesse de Berry et mère d’Henri), Louise d’Artois (sœur d’Henri)  et Ange Maxence de Damas sont exilés en Angleterre. Le duc de Bordeaux devient par la suite le comte de Chambord, titre qu’il gardera jusqu’à sa mort. Le titre de comte de Chambord lui fut donné car durant la Restauration, le château de Chambord fut offert au duc de Bordeaux.

Marie-Thérèse de Modène

En 1832,  la famille royale part s’établir en Autriche.

En 1844, à la mort de Louis-Antoine de France devenu Louis de France, Henri, comte de Chambord devient prétendant légitime au trône de France.  Il hérite la même année de la girafe Zarafa.

En 1846, Henri d’Artois épouse Marie-Thérèse de Modène, fille de François IV de Modène.

En 1850, Louis-Philippe d’Orléans, roi des Français (1830-1848) meurt. Le comte de Chambord ordonne une messe en l’honneur de Louis-Philippe.

En 1851, Henri d’Artois s’installe à Frohsdorf, en Autriche.

En 1870, à la chute du Second Empire, Henri d’Artois tente de faire une Troisième Restauration. Pour cela, Henri d’Artois veut remettre le drapeau blanc d’Henri IV, mais pour la majorité des français, ce n’est pas possible. Les français décident de garder le drapeau tricolore  et  »Henri V » ne régna pas. La tentative de Troisième Restauration échoue en 1873. Adolphe Thiers démissionne, et, en attendant la mort du comte de Chambord, les français élisent Patrice de Mac-Mahon, un royaliste. Comme Mac-Mahon était royaliste, il est remplacé en 1879 par un républicain, Jules Grévy, qui sera président de la république française jusqu’à la fin de son septennat en 1887. Le comte de Chambord repart alors en Autriche.

Le 24 août 1883, Henri d’Artois meurt à Frohsdorf, en Autriche, à l’âge de 62 ans.

Après sa mort

En 1883, le cousin du comte de Chambord, Jean de Bourbon, comte de Montizon, devient le prétendant légitime au trône de France sous le nom de Jean III.  Le château de Chambord, appartenant à Henri d’Artois, est légué à son neveu, le duc de Parme.

En 1886, Marie-Thérèse de Modène meurt.

En 1892, un monument a été élevé à Sainte-Anne d’Auray, avec au sommet du monument une statue représentant le comte de Chambord en costume de sacre.

En 1932, le château de Chambord est racheté aux héritiers par l’état, pour une moyenne de 11 millions de francs.

William Donnart